mardi, mars 31, 2015

Comprendre la création monétaire et la dette

Quand on pose la question : Qui crée la monnaie ? En général, la réponse est évidente et on dit souvent que c'est la banque centrale. Et techniquement oui, elle crée la monnaie, mais pourquoi faire ? Quelle est la principale raison pour créer de la monnaie ? La réponse est également évidente est parce que quelqu'un l'a demandé et on arrive doucement, mais surement aux emprunts et au système de crédit.

Je veux une maison à 250 000 euros


Imaginez que vous ayez envie de construire une maison à 250 000 euros. Evidemment, vous n'avez pas cet argent, mais vous avez un travail et donc, vous pensez que vous pouvez emprunter ces 250 000 euros et avoir la stabilité nécessaire pour les rembourser. En général, une banque est toujours enclin à donner un prêt du moment que vous avez un revenu stable et que vous n'êtes pas trop malade. Supposez que vous fassiez la demande de prêt le lundi et que le banquier vous dit de venir le vendredi pour finaliser le contrat. Au moment où vous passez la porte de la banque le vendredi, où sont les 250 000 euros ? Le banquier vous a donné un accord préalable et donc, il sait qu'il aura suffisamment de fonds pour avancer le prêt. Mais d'où vient le fric ? Du coffre-fort ? Des comptes des autres clients qui ont fait un dépot ? Et bien non, ces 250 000 euros vont apparaître par magie à la seconde où vous mettrez votre signature sur le contrat. Pas avant, ni après.

Le seul moyen de créer la monnaie est que quelqu'un la demande sous la forme d'un emprunt. Donc, si tout le monde emprunte de l'argent et donc, qu'il est endetté, alors on a l'habitude de dire qu'on vit dans une société riche. C'est le premier paradoxe de la monnaie dans notre société puisqu'elle implique qu'on doit s'endetter pour être riche. Une chose à comprendre est dans tout le processus complexe d'un prêt bancaire, le jargon financier, les gestionnaires de banque et autre serviteur du système est que la seule chose précieuse est votre signature. C'est pour ça que les banques mettent autant d'efforts à vendre leurs services. Pour que quelqu'un vienne dans leur bureau et appose sa signature au bas de leur contrat. Car ce n'est pas un accord de prêt, mais une reconnaissance de dette.

Le remboursement détruit la monnaie


Le seul prétexte pour les emprunts est la création monétaire. Mais l'inverse est également valable. Une fois que vous avez vos 250 000 euros, vous vous dites que ça ne vaut pas le coup de s'endetter pendant 20 ans et vous allez annuler le prêt. Et bien, le banquier va tout faire à l'envers. Il va supprimer les 250 000 euros de votre compte et il va supprimer les chiffres des actifs de la banque puisqu'on le répète, on crée de la monnaie uniquement lorsque quelqu'un souscrit à un emprunt sinon il n'y aucune raison de la créer. Pour qu'un tel système fonctionne, il faut que la roue continue de tourner avec un cycle de remboursement, mais surtout qu'il y ait constamment de nouveaux emprunteurs. Parce que ces nouveaux emprunteurs vont permettre de payer les intérêts. Et oui, on oublie souvent qu'un prêt s'accompagne d'un taux d'intérêt. Et en général, l'emprunteur devra travailler plus juste pour payer les intérêts.

A la base, il pensait qu'il pourrait s'en sortir parce qu'il a calculé uniquement sur la base des 250 000 euros, mais le taux d'intérêt, si on prend le crédit immobilier, peut revenir le double sur 20 ans. Et donc, il devra trouver 250 000 euros en plus de ceux qu'il doit déjà. Donc, quand on lui présente le contrat, il réfléchit quelques secondes et il se dit que : Bon, je travaille de 09 à 14 h, je pourrais trouver un autre boulot pour rembourser mon prêt avec les intérêts. La première injustice est qu'il devra travailler beaucoup plus, mais que ses conditions de vie ne vont pas s'améliorer pour autant. Il va juste travailler plus avec un niveau de vie qui stagne. Et s'il cumule plusieurs prêts, alors il sera vite étouffé.

Ensuite, s'il décide de prendre un 2e ou même un 3e travail, cela signifie automatiquement qu'une ou plusieurs personnes vont perdre leur propre emploi puisque notre emprunteur les a pris. Et on a une seconde injustice sociale qui se produit avec le chomage structurel de masse (c'est à dire un chômage qu'on ne pourra jamais résorber puisqu'il est le produit de certaines mécaniques du système).

Le cycle infernal de la dette


Et comme 2 personnes ont perdus leur travail parce que vous cumulez 3 emplois en même temps, cela signifie que les prochains emprunteurs dans le cycle doivent emprunter plus de 250 000 euros pour alléger la charge du premier emprunteur. Et on se retrouve dans un système pyramidal. Les détracteurs du système bancaire et du système de crédit estiment que ce secteur est une pyramide de type Ponzi qu'on connait aussi sous le nom d'arnaque pyramidale. En gros, le sommet ne paye quasiment rien ou plutôt perçoit les intérêts tandis que ceux d'en bas devront supporter la pyramide avec leurs petites mains.

Et l'augmentation du système de crédit est proportionnel à l'augmentation de la charge de la dette. Concernant les Etats-Unis et l'Europe, vous pouvez faire le test suivant : Demandez à vos proches, vos connaissances ou votre Call-Girl s'ils possèdent un crédit. Je dirais que 95 % répondront par l'affirmative. Mais 100 % payent un prêt même s'ils ne le savent pas. Ce n'est pas parce que vous n'avez pas de crédit bancaire que vous échapperez au système de la dette.

Si vous gagnez votre salaire, alors l'entreprise qui vous emploie a forcément emprunté de l'argent à un moment ou à un autre. Si vous êtes un agriculteur, alors vous avez forcément emprunté pour acheter des matières premières. En fait, la seule manière d'avoir une apparence de richesse dans les sociétés occidentales est d'être endetté au maximum. Et on arrive dans une situation où tout le monde est endetté. Mais encore une fois, la création monétaire et donc de la croissance économique dépend uniquement des nouveaux emprunts qui viennent contre-balancer les premiers prêts, mais qu'est-ce qui se passe si personne n'emprunte ? Et bien, c'est la définition de la crise économique. Une crise économique ne se traduit pas par de la pauvreté, mais par le manque d'argent. Vous êtes un chômeur, mais vous êtes riche. Parce que vous avez votre intelligence, que vous êtes un bonne santé, que vous pouvez travailler, c'est ça votre richesse. Et vous pouvez transformer cette richesse en monnaie... si vous aviez du travail.

Avec un tel système, on crée également un état de stress permanent chez tous les personnes actives. Ces dernières ne se préoccupent plus de bien vivre, mais uniquement si elles pourront rembourser leur prêt. Et cela atteint de telles proportions que même la famille n'existe plus dès qu'il y a du fric en jeu. On est prêt à s'étriper dès qu'il y a quelques euros en jeu même si on a la famille la plus soudée du monde.

On ne prête qu'aux riches


Cette expression est acceptée par tout le monde, mais il est intéressant de voir ce qu'elle implique. On a tendance à considérer les banques et les banquiers comme des fils de pute de charognards et des profiteurs. Mais le banquier gagne sa vie comme tout le monde (bon, pas comme tout le monde), mais il demande des intérêts sur votre prêt parce qu'il doit payer son propre niveau de vie, générer des bénéfices pour ses actionnaires, etc. Et donc, il va être incité à choisir les dossiers de prêt les plus rentables et surtout, les plus fiables.

Imaginez que vous avez inventé une machine qui permet de créer de l'énergie à partir de l'air. Vous avez besoin de 1 million de dollars pour lancer votre projet. Vous allez à la banque et vous faites votre demande de prêt. Sur le banc en attendant votre tour, vous avez un autre mec qui veut faire aussi une demande de prêt, mais lui, il veut acheter sa 3e maison à 4 étages dans la ville de Paris et le monsieur est dans l'immobilier depuis 20 ans. Comme on l'a dit, le banquier pourrait vous prêter de l'argent et à ce monsieur puisque l'argent est crée par le prêt. Mais le banquier doit également s'assurer que les 2 personnes puissent rembourser. Entre un mec qui vit avec ses parents et qui a inventé un machin-truc pouvant révolutionner le monde et l'autre mec qui a déjà des plusieurs maison et qui possède une rente certaine par année, vous croyez vraiment que vous allez recevoir votre million ? C'est impossible que vous ayez ce prêt, car vous avez peut-être un profil rentable, mais vous n'êtes pas du tout fiable.

Et ce système de crédit va créer une inégalité extrême entre les riches et les pauvres. Moi, je me met à la place du promoteur immobilier. Je possède plusieurs dizaines de maison et je génère des milliers d'euros chaque mois. Il est évident que je gagne largement pour vivre. Et l'argent en surplus est inutile, rappelez-vous. Et donc, je vais investir ce fric dans différents domaines. Et je vais atteindre un tel niveau de richesse que je pourrais quitter le cercle du remboursement pour entrer dans celui de la perception d'intérêt. A force d'investir et d'avoir des garanties de rente (et non de revenu), je grimperais dans la pyramide et je serais celui qui perçoit les intérêts tandis que les autres en bas devront les payer. Sur notre prêt initial de 250 000 euros, la banque va recevoir 250 000 euros de plus avec les intérêts et le meilleur ? Elle recevra cet argent sans aucune production en échange. La seule chose qu'elle a faite est de donner un prêt en écrivant des chiffres dans un ordinateur. Mais ces chiffres vont lui rapporter gratuitement le double pendant 20 ans

Comprendre le concept d'inégalités sociales


Et en parlant d'égalité sociale, les détracteurs disent toujours que certains ont de la chance et d'autre non. Je hais les personnes qui ont réussis et qui estiment qu'ils ont réussis par leurs propres moyens. Messieurs et mesdames qui seraient visés par cette description, sachez que vous avez réussi uniquement parce que vous étiez à la bonne place et au bon moment. L'exemple parfait pour illustrer le concept de l'inégalité est la salle de classe.

Dans une salle de classe, il y a plusieurs bancs d'élèves. Un professeur arrive et vous dit : Aujourd'hui, il y a un examen, mais à la place, je vous propose un jeu. Je vais mettre une corbeille à coté de ma table. Vous faites des boules de papier et vous jetez la boule dans la corbeille. Si vous la mettez dedans, je vous donne un 20/20 sans passer aucun examen. Tous les élèves jettent la boule. Et évidemment, ceux qui sont dans la première rangée la mettent du premier coup puisque c'était ultra facile. Dans la seconde rangée, il y a eu 60 % des élèves qui ont réussis à la mettre. Et ce n'est pas à cause de la distance, mais parce que la première rangée leur cachait la corbeille. Et les chances diminuent encore plus pour les rangés inférieures.

Maintenant, le professeur dit : Bon, certains d'entre vous n'ont pas réussis. Mais écoutez, on refait le test pour donner une seconde chance, mais on le refait uniquement si tout le monde est prêt à recommencer. Qu'est-ce qui va se passer à votre avis ? La première rangée ne voudra pas répéter le test parce qu'elle estimera qu'elle a réussi selon les règles et qu'elle n'a pas à recommencer. C'est la définition exacte de l'inégalité. Vous n'avez pas réussi parce que vous étiez le plus fort, mais vous avez réussi parce que l'objectif était le même pour tout le monde, mais que les règles étaient différentes pour chacun. Cela montre pourquoi le secteur professionnel s'illustre par une compétition acharnée. On serait prêt à s'étriper pour décrocher un travail. Un esprit de compétition qui est alimenté dès les débuts de l'école, mais tous les secteurs de la société sont régis par l'économie et son système de crédit et où la compétition est le seul commandement divin qui prévaut.

L'Etat ne crée pas de la monnaie par magie


Mais revenons à nos moutons de prêt. S'il n'y pas plus de nouveaux emprunts, alors les entreprises ne peuvent pas embaucher des personnes qui deviennent des chômeurs par force. Tout l'intérêt du système de la dette est de vous donner l'apparence de richesse. De plus, on a tort de penser que l'Etat peut créer de la monnaie par magie via sa banque centrale. Non, les lois stipulent que l'Etat doit emprunter de l'argent à la banque centrale. Il est interdit aux Etats de créer de la monnaie alors que c'est l'un des 3 principes régaliens d'une démocratie (les 2 autres étant la sécurité intérieure et extérieure et la justice). De ce fait, le fondement d'une démocratie implique qu'un Etat doit frapper sa monnaie comme il le veut et surtout, il peut le faire à un taux zéro. Cela signifie qu'il peut créer de la monnaie sans la rembourser. On retrouve le concept de la création illimitée de la monnaie, mais on s'en fout puisqu'on n'est pas obligé de la rembourser. Après, certains diront que cela crée de l'inflation qui indique qu'il y a trop de liquidités en circulation, mais on s'en fout aussi parce qu'on peut créer autant de monnaie qu'on veut en fonction des besoins de la population. Mais dans notre système actuel, l'Etat doit toujours rendre des comptes à la banque centrale. Et en général, les banques centrales sont gérés par des personnes provenant des banques privés et donc, on retrouve le système bancaire qui est totalement aux manettes du système.

Si on revient au système de la dette et qu'on endette tout le monde, alors le système doit s'écrouler. Au final, le système financier actuel est une bulle spéculative permanente dans la mesure où on a une période d'euphorie où les banques donnent de l'argent les yeux fermés et tout le monde emprunte parce qu'il a confiance dans l'avenir. Et le pire est que le système ne s'écroule pas même lorsque tout le monde est endetté, car il y a encore 2 autres étapes qui permettent de gonfler la bulle avant l'éclatement final. Et l'avant-dernière étape est d'appeler les NINJA à la rescousse.

Les N.I.N.J.A dans le système économique


Le sigle N.I.N.J.A signifie No Income, No Job and Assets. Selon le doux vocabulaire des économistes américains, il désigne simplement les clodos. Les mecs qui n'ont rien de rien et qui n'auront jamais rien. Après les attentats du 11 septembre, l'Amérique était dans le cycle infernal de la dette et donc, les nouveaux emprunts ont cessés du jour au lendemain puisque les Yankees venaient de découvrir le terrorisme et qu'ils n'avaient pas confiance dans l'avenir. Alors le gouvernement Bush est allé voir les banques avec un chèque en blanc en disant : Allez, donnez tout l'argent que vous voulez aux NINJA et s'il y un problème, on paiera les pots cassés. Et c'est exactement ce qui s'est passé en 2008 et le remboursement des banques par les gouvernements. Et on a vu des centaines de commerciaux des banques qui prospectaient chez tous les pauvres qu'ils ont pu trouver. Et le discours des banques est d'une inventivité remarquable. Bon, parce que le clodo est ultra-pauvre, mais il n'est pas con. Quand le commercial lui disait : Tenez, voici 500 000 dollars pour vous acheter une maison parce que vous pouvez être un pauvre, mais vous vivez aux Etats-Unis d'Amérique et vous avez le droit à une maison.

Le clodo lui répondait : Non, mais t'es complètement chtarbé ? Tu vois où je vis ? Je n'ai pas un rond, pas de travail, pas de garantie ! Fous moi la paix !

Le commercial lui fait donc la meilleure proposition de sa vie : Ecoute, on est là parce que le secteur de la construction est en plein boom. On te prête parce que les prix des maisons ne cessent de monter (n'oubliez pas, on est en pleine bulle immobilière). Tu es gagnant sur tous les tableaux. Etant donné que le secteur de la construction est en plein essor, ce serait bien le diable si tu ne trouve pas un boulot dans ce secteur. Et puis, on fait un geste puisque c'est toi. On te donne les 500 000 dollars maintenant, mais tu ne rembourse que dans 2 ans. Et si par malheur, tu ne trouve pas de boulot dans 2 ans, c'est pas grave. Ben oui, je te dis que les prix des maisons montent sans cesse et donc, tu achète ta maison actuellement à 500 000 dollars et tu pourra la vendre dans 2 ans et elle vaudra surement plus chère (le terme à retenir ici est surement). Et si tu la vends, par exemple, à 600 000 dollars, alors tu nous rembourse les 500 000 dollars et tu empoche les 100 000 en soldant ton crédit. Evidemment, le commercial n'a pas parlé des intérêts sur le prêt.

Et c'est exactement ce phénomène qui a provoqué la crise des Subprimes. Quelques années plus tard, les premiers remboursements sont arrivés à échéance et comme un NINJA reste un NINJA toute sa vie, alors il est évident qu'il va être en défaut de paiement. La banque s'en fout puisqu'elle saisit simplement la maison, la vend au plus offrant et le gouvernement Bush lui rembourse la différence. Cependant, c'est un processus complètement inverse de la bulle. Parce que du jour au lendemain, la bulle éclate et les faillites sont instantanés. En quelques jours, on a des millions de maisons non payés se retrouvant sur le marché. Et les mecs qui ont du fric se disent : C'est en train de baisser et donc, je vais attendre encore pour avoir encore moins cher. Et plus personne ne crée de richesses. Et la récession suit immédiatement la bulle spéculative. Le secteur bancaire gagne à tous les coups que vous puissiez payer ou non votre dette. C'est un système de merde, mais c'est comme ça. Donc, on a endetté toutes les personnes actives, les vieux, les handicapés et même les NINJA. Maintenant, le système doit s'écrouler non ? Et bien pas exactement. Quand on a donné des emprunt à des pauvres dans des pays riches, alors il reste encore les pauvres dans les pays pauvres.

Le tiers-monde rembourse votre dette, bande d'enculés


C'est bien d'endetter un particulier, c'est bien aussi d'endetter une entreprise, mais le plus cool est d'endetter tout un pays. Tout le cycle de dette s'applique uniquement aux pays riches, car les pays pauvres ont été épargné pour l'instant. Mais le tiers-monde représente 4,3 milliards de personnes. Imaginez le désespoir des banquiers ! 4,3 milliards de personnes qui n'ont pas de dettes ! Que nenni, il faut remédier à cette situation. Evidemment, les banquiers ne peuvent pas débarquer comme ça dans leurs jets privés en donnant des emprunts sinon ils se feraient lapider fissa. Et c'est là que le gouvernement vient à rescousse en créant des organismes de pacotille qui vont promouvoir le système de crédit dans le tiers monde. Et tout le monde pense au FMI et à la Banque Mondiale, mais il y a d'autres comme l'ONU (oui, oui), la BAD, etc. Toute organisme promettant une aide au développement est un cheval de Troie pour propager l'infection du système de dette néo-libéral. Mais comment ça marche ?

Le hasard ne fait pas bien les choses, car en général, les pays pauvres sont remplis de ressources naturelles, mais qui n'ont pas les moyens de les exploiter. Donc, le FMI et la Banque mondiale vont débarquer en disant aux dirigeants: Ecoute, t'as du pétrole, de l'or, du diamant, pourquoi tu reste là comme un crevard ? Exploite les ressources et on peut te trouver des acheteurs dans nos pays riches. Le dirigeant dans le pays pauvre lui répondra : Non, mais vous avez fumé la serviette hygiénique de Christine Lagarde ou quoi ? Nous, on n'a rien, pas d'argent pour exploiter les ressources.

Et là, le FMI et la Banque Mondiale vont dire en souriant : Mais ce n'est que ça ? c'est pas grave, tiens, on te prête 25 milliards de dollars et tu nous remboursera petit à petit. Et donc, le pays pauvre est tout content et il va dépenser les 25 milliards de dollars. Il va créer des routes, des hôpitaux, etc. Il pourra même créer des infrastructures pour exploiter ses ressources. Oui, mais les ressources ne se vendent pas sans un intermédiaire. Donc, le FMI revient quelques années plus tard et il dit au pays pauvre : Non mais, qu'est-ce que tu attend putain ? Mais vas-y, vend tes putain de ressources pour qu'on puisse les acheter. Et là, le pays pauvre : Oui, mais on n'a pas d'entreprises pour raffiner les produits et les vendre sur le marché international.

Et là, la Banque mondiale et le FMI vont abattre leur carte maîtresse : Mais ce n'est pas grave, nous, on a les entreprises. On va faire des accords commerciaux où tu autorise les entreprises de nos pays à raffiner les produits dans ton pays et ces entreprises pourront les vendre sur le marché international. Posez-vous la question : Pourquoi le FMI n'a pas donné d'autres 40 milliards de dollars pour que le pays pauvre puisse créer ses propres compétences et entreprises ? Pour la bonne et simple raison que le FMI et la Banque Mondiale ont donnés les 40 premiers milliards afin que les bulles spéculatives dans leurs pays continuent de gonfler. Je le répète, chaque nouveau emprunteur doit payer plus que tous les autres. De ce fait, il faut alléger la charge des citoyens des pays riches d'une façon ou d'une autre. Et cette charge s'allège en faisant repartir la croissance et donc, en créant de nouveaux emprunts. La banque mondiale et le FMI vont repartir dans leur pays et leur gouvernement va dire à leurs entreprises : Ecoutez, on a du travail pour vous en Afrique, à Madagascar, en Asie. Allez-y, engagez des personnes, étendez votre croissance à l'international et amusez-vous ! Les entreprises qui ont de nouvelles commandes provenant du tiers-monde vont engager à tour de bras. Et tout est bien qui finit bien ! Mais les intérêts sur les 40 milliards de dollars prêtés par le FMI aux pays pauvres, qui va les payer à votre avis ? Et bien, ce seront les esclaves dans les pauvres puisque la règle d'or de ce système de dette est que le dernier emprunteur paie toujours plus.

L'exemple de l'Inde et de Madagascar


Quand le nouveau premier ministre indien a été élu, il a déclaré que la priorité du gouvernement est de créer de la richesse. Et il fait une chose hallucinante et abominable. Il a incité les paysans à abandonner leurs investissements sur l'or pour créer des comptes bancaires. Texto, c'est : Les comptes bancaires vous permettent d'accéder à de nombreux services incluant les crédits. Avec les crédits, vous pourrez acheter des maisons et organiser sereinement le mariage de vos enfants. Jetez l'or, jetez la terre ! Achetez à crédit et si vous avez de l'argent, investissez-le dans le secteur technologique situé à Bangalore. Secteur technologique qui est évidemment une bulle spéculative. Qui serait assez con pour dire qu'un lingot d'or ou un lopin de terre vaut moins qu'une série de chiffres sur un compte bancaire et pourtant, c'est ce que ce débile a fait.

Quand le président de Madagascar a été élu, le FMI est arrivé comme un chacal. Madagascar a subi des invasions acridiennes, la famine, les inondations, en fait, le pays a eu droit aux 10 plaies de l'Egypte. On compte des centaines de mort et une misère absolue. La première déclaration du FMI quand il est arrivé au pays : Il faut que la population malgache cesse d'être dans l'illégalité fiscale et qu'elle paye ses impôts. Des impôts qui serviront à payer la dette de Madagascar. 

Les cadavres squelettiques, les noyés et les affamés, on s'en fout, mais les impôts, ça c'est important !

Et le système de dette dans le tiers-monde équivaut à une exploitation absolue qui est pire que l'esclavagisme. Vous pouvez vérifier avec les données du FMI et de la Banque Mondiale. Ces 2 organismes n'ont jamais financés une seule entreprise ou un centre de formation dans le tiers monde. Il vont donner plein de fric pour exploiter les ressources, mais les vrais bénéfices de ces ressources doivent aller aux entreprises dans les pays occidentaux. Et en plus des entreprises, il y a l'aspect de la sécurité qui n'est pas à négliger. Parce qu'on l'a déjà dit, les pauvres ne sont pas cons. Si vous exploitez le pays pauvre et que vous traitez la population comme de la merde, alors il est évident qu'elle va se rebeller. Il y aura forcément quelqu'un d'un peu audacieux qui va créer un groupe pour attirer les têtes brûles et ils deviendront des combattants de la liberté. Et s'ils décident d'attaquer un Pipeline ou les cadres occidentaux d'une raffinerie, alors le même FMI et la Banque Mondiale va aller pleurer chez le gouvernement qui va inciter les entreprises à engager des mercenaires. L'exemple de Black Water en Irak pour la reconstruction est criante de vérité et de misère.

Et il n'y a pas de solutions


En général, quand on fait une synthèse de toutes les merdes économiques, on a souvent le mec qui donne des solutions magiques pour remédier à tout d'un seul coup. Mais le problème est que ce système est notre société moderne. Elle n'en fait pas partie, mais c'est LA société moderne. De ce fait, vous aurez souvent des prophètes et de nouveaux Che Guevara qui vont débarquer en disant qu'ils ont crées un parti politique pour le peuple par le peuple, mais cela ne sert à rien. Dès qu'ils vont entrer au gouvernement, ils vont exactement faire comme les autres parce qu'autrement, le système les éjecterait à coup de fausses accusations et de préservatif déchiré. Nous sommes condamnés à vivre dans ce système et ce sera le cas pour nos enfants et leurs enfants.

On pourrait essayer de créer des univers parallèles en utilisant d'autres systèmes, mais on voit rapidement qu'ils sont remplis d'inconvénients.

On peut frapper de la monnaie à taux zéro. En supprimant la nécessité de rembourser, on peut avoir de l'argent pour tout le monde. Dans ce scénario, le seul prétexte de l'argent est de faire tourner l'économie. La seule condition est que les gens aient suffisamment confiance dans ces monnaies pour leur accorder une valeur proportionnelle aux produits et aux services qu'ils utilisent dans leur quotidien. Evidemment, la principale critique d'une création illimitée de monnaie est l'inflation, mais on s'en branle puisqu'on pourra recréer de l'argent derrière pour s'accorder avec des prix des produits toujours plus élevés. Dans ce scénario, on pourrait arriver dans une société exorbitante, mais que tout le monde pourrait payer. Le problème est qu'il faut que la monnaie qu'on crée de manière illimitée soit acceptée par tout le monde. Et si tous les pays commencent à frapper leur monnaie sans aucun remboursement, alors on ignore ce qu'il peut advenir. Mais on peut parier que les gens, moutons qu'ils sont, vont privilégier une monnaie par rapport à une autre et on revient à notre schémas d'arnaque pyramidale.

On pourrait aussi partir sur le revenu de base, mais ce n'est qu'un composant remplis d'erreurs. Le problème est que tout le monde aurait un peu d'argent, mais le système de crédit serait toujours présent. De plus, le revenu de base risque de créer une société de consommation superficielle à outrance. La base du système de crédit est qu'il nous incite à acheter 90 % de choses qui sont inutiles. Et un revenu de base va provoquer le même scénario, mais en pire. Il faudrait que les gens revoient totalement leur mode de vie et de confort pour que le revenu puisse apporter un développement humain sans les abus de la consommation.


Syndrome Ninjago : Quand les produits dérivés dirigent la création du contenu


Dans le Business Model classique, on avait d'abord la création de contenu et si sa popularité était suffisante, alors on pouvait créer des produits dérivés afin de transformer les consommateurs en vaches à lait. C'est un système bon et équitable pour toutes les parties. Mais le néo-capitalisme a tellement pris d'ampleur sur la culture et la création de contenus que désormais, c'est les produits dérivés qui dirigent la création.

L'un des exemples est le dessin animé Ninjago sur la chaine Cartoon Network. Le DA en lui même est une grosse bouse, mais sa seule raison d'être est de promouvoir les legos. En fait, il a été financé par LEGO. De ce fait, un produit dérivé contrôle totalement la création de contenu. Et c'est encore plus dégueulasse puisque les cibles visés sont des enfants.

En fait, quand on voit ces chaines pour enfant, on se rend compte que les contenus ressemblent à de simples entractes et où le vrai contenu est devenu la publicité. On a 15 minutes de publicité en moyenne pour 10 minutes de contenu.

samedi, mars 28, 2015

Crash A320 9525 : tout la vérité, rien que la vérité selon les médias

Alors, le pilote a piqué une crise dans le vol 9525 et il a décidé de faire un vrai piqué pour emmerder le monde entier. L'avion transportait 155 personnes et la théorie prédominante est que c'est une attaque terroriste par publicité subliminale. Utilisée largement par l'Etat Islamique puisqu'elle a permit de convaincre Zayn de quitter One Direction, cette publicité permet de manipuler mentalement une personne pour qu'elle fasse des actions donnés. Pour que cela fonctionne, le sujet doit être réceptif et notre co-pilote avait des tendances suicidaires puisqu'il était trop nul et con pour travailler dans une vraie compagnie aérienne et qu'il a dû se contenter du Low cost.

Près de 6000 heures de vol non-stop plus tard, le co-pilote a décidé d'en finir avec panache en salissant toute la compagnie au passage. On peut dire qu'il a bien réussi son coup, mais il n'aurait rien pu faire sans la complicité de 2 marocains, 1 tunisien et 3 égyptiens qui avaient mis des drogues hallucinogènes dans le café du co-pilote. Drogues hallucinogènes qui a plongé le co-pilote dans un délire où il croyait jouer à Flight Simulator 2014 et qu'il pourrait se crasher sans aucun problème.

Selon Direct Matin, il a verrouillé la porte parce que le pilote l'empêchait de se caresser les couilles, une chose qui est indispensable quand on porte des pantalons trop serrés. En l'espace de 5 minutes, le co-pilote est passé par plusieurs épisodes d'éveil et de délire et il s'est finalement dit qu'il valait mieux en finir plutôt que d'affronter une nouvelle fois l'espèce de thon qui l'attendait à la maison.

L'Etat Islamique a revendiqué l'attentat 58 secondes après le Crash. L'organisation s'est félicité de l'opération et elle envisage de mener d'autres raids similaires concernant des chauffeurs de bus, d'Uber et des célébrités dans le co-voiturage. TF1 nous apprend également que Boko Haram avait planifié un autre programme pour faire crasher l'avion. Afin de tester leur alliance avec Daesh, l'organisation nigérienne avait dépêché plusieurs combattants qui étaient situé sur le sol. Ils ont pointés un aimant de 10 mètres de diamètre vers le ciel afin d'attirer l'avion, mais les résultats n'étaient pas très satisfaisants. TF1 renchérit que Boko Haram est en train de peaufiner son attaque par aimant afin de faire pencher la tour Eiffel pour pourrir le tourisme à Paris.

Égalité et Réconciliation a publié un dossier très complet sur l'implication du Grand Israel dans le crash. E&R nous apprend que l'attaque a été préparée par des groupes néo-nazis qui était financés par les wahabbites saoudiens qui étaient contrôlés par les sbires du Grand Israel. Les groupes néo-nazis avaient conditionnés les 2 chanteurs d'opéra qui sont morts pour séduire la population française et de permettre la reconquête du pouvoir par les nazis en échange d'opéras gratuits. Les récents résultats des départementales 2015 laissent à penser que les néo-nazis ont rencontrés un demi-succès, mais on ignore s'ils ne pourraient pas retenter le coup en utilisant des musiciens de techno allemand.


jeudi, mars 26, 2015

Les jeunes rejoignent ISIS parce qu'ils s'ennuient ?


De plus en plus de jeunes en Europe rejoignent ISIS pour combattre les mécréants. Au lieu de me plonger dans des réflexions philosophiques en tentant de comprendre tous les tenants et aboutissants, je me suis simplement posé cette question : Est-ce que ces jeunes ne rejoignent pas ISIS parce qu'ils s'emmerdent ?

L'ennui qui me vient à l'esprit n'est pas un ennui parfaitement défini. Mais c'est un ennui teinté de l'échec social. Récemment, la police américaine a arrêté un jeune au Colorado qui voulait rejoindre ISIS. En regardant son historique, notamment ses activités sur les réseaux sociaux, on se rend compte que ce jeune parlait systématiquement de son rêve de devenir un joueur de basket pro et en quelques mois, il s'est mis à parler de Guerre Sainte et de combattre les méchants Satans américains alors qu'il est lui même américain...

Si c'était des jeunes en Syrie, au Pakistan ou en Afghanistan qui rejoignaient ISIS, on comprendrait vu la merde qu'il y a dans leurs pays. Mais là, ce sont des jeunes qui vivent en Europe et aux Etats-Unis qui partent rejoindre l'ISIS, une organisation qui considère justement ces 2 continents comme leurs ennemis. Est-ce qu'il ne faudrait pas voir un lien de causalité et une sorte de transfert de la haine.

Peut-être que ces jeunes ont en marre d'échouer dans leur vie et qu'ils se disent qu'ils vont faire des choses extrêmes comme tout adolescent qui se respecte. En rejoignant l'ISIS, ces jeunes ne supportent pas le fondamentalisme musulman, mais ils crient leur haine à la politique sociale et la corruption ambiante de leur propre pays.



lundi, mars 23, 2015

Départementales 2015, c'est officiel, les français sont vraiment des cons

Il faudrait demander à South Park de faire une chanson spéciale pour les cons de France à la manière des Mormons. Forte poussée de l'UMP de Sarkozy, Sarkozy putain ! Augmentation du FN dans de nombreuses régions.

La conclusion est très simple, la France bascule à l'extrême-droite et l'UMP va proposer tout ce qu'il veut en termes de xénophobie, islamophobie et racisme et les français vont se branler en souriant comme de parfaits crétins. L'abstention joue un rôle, mais cela n'est pas suffisant pour expliquer une telle bêtise.

Il ne faut pas oublier qu'une faible participation permet simplement aux pires fachos de prendre le pouvoir. Et le pouvoir impose des lois à 100 % de la population.


dimanche, mars 22, 2015

La France est devenue une abominable dictature

Les Etats-Unis ont mis plusieurs décennies à devenir une dictature. L'Iran a dû subir une révolution sanglante pour arriver au même résultat. Mais la France est devenue la championne des dictatures en l'espace de 4 mois. De décembre 2014 jusqu'à mars 2015, la France a voté une première loi sur la programmation militaire qui augmente considérablement les pouvoirs des services de renseignement. Après les attentats de janvier 2015, la France s'est précipité pour sanctionner à tout va les apologies du terrorisme alors que la plupart ignorent la définition du premier mot et ont dû mal à appréhender le second.

Une troisième loi s'inscrit dans la logique de la première qui est la loi sur le renseignement. Les services avaient déjà des pouvoirs considérables, mais maintenant ils deviendront absolus avec un espionnage systématique de toutes les connexions en amont et l'utilisation d'algorithme pour détecter des comportements terroristes. C'est à dire les critiques contre les entreprises, les critiques contre la dérive sécuritaire, les critiques contre les élus et les critiques en général.

Et on ne parle même pas de la censure administrative qui permet de bloquer un site sans passer par la justice. Et quand un pays se croit suffisamment intelligent pour se passer de la justice, alors on doit l'appeler comme une dictature. Les personnes qui votent dans ce pays et qui approuvent ce gouvernement doivent être également considéré comme des complices de cette dictature.